Un plmb lacustre, notre légende: il passe des nuages sur l'ego de notre décembre...

imaginea utilizatorului cfr
Rien n'y fait, mais ça ne fait rien...

GEORGE BACOVIA

P L O M B

Cercueils de plomb dormaient à poings fermés
Comme fleurs de plomb, funéraire vêtement –
Moi. Le caveau !... il y faisait du vent.
Pour faire pendant, couronnes de plomb grinçaient.

Dos tourné, mon amour de plomb dormait
Sur fleurs de plomb ; j’entrepris de l’appeler –
Le mort – seul. Et moi… le froid y régnait…
Toujours en plomb, ses ailes par terre pendaient.

LACUSTRE

Depuis des nuits, il pleuvait.
J’entends la matière pleurer…
Je suis seul, et ma pensée
Remonte aux cités lacustres.

Je dors comme sur des planches humides,
Une vague déferle dans mon dos –
Je sursaute en sommeil et je pense :
Mon pont franchit encore la voie d’eau.

Un abîme historique se creuse,
Tout est comme avant, rien n’a changé…
Et je sais qu’avec toute cette pluie,
Les gros pilots vont s’effondrer.

LA LÉGENDE

Lorsqu’on vend n’importe quoi,
Quand tout devient denrée –
Ressuscite un son ancestral
De la harpe surannée,

Dans les coupes, qu’un vin tout d’oubli
Serve de mantille à la vertu –
Ressuscite un chant ancestral
De la harpe surannée.

IL PASSE DES NUAGES

J’arrête, je n’écris plus…
Du vin, une cigarette –
Autant d’après-midi s’en vont
Comme une sensation imparfaite.

Ce qui importe, pourtant, toujours,
Ailleurs, ou chez moi, poète –
Autant d’après-midi s’en vont
Comme une sensation imparfaite.

E G O

Toujours plus seul et plus muet
Dans son monde où règne l’oubli,
Et toujours plus fort m’oppresse
Une pénible misanthropie.

De mes écrits, mon amour –
Je te le dis en toute foi,
Il résulte une même froideur
Concernant les autres et toi.

DÉCEMBRE

Voilà comme neige ce mois de décembre,
Regardez les vitres, ma bien-aimée.
Dites qu’on apporte encore de la braise -
Je veux entendre le feu crépiter.

Et poussez mon fauteuil avant l’âtre
Pour que j’entende, dans la cheminée,
La tourmente de mes jours – ou tout comme,
Je veux leur symphonie discerner.

Et dites qu’on apporte aussi le thé
Et rapprochez-vous donc davantage,
Dites-moi des histoires des deux pôles –
Que tombe la neige, qu’on y fasse naufrage.

Qu’est-ce qu’il peut faire chaud, ici, chez vous,
Tout, dans cette maison, m’est saint, franchement –
Regardez comme il neige, ce décembre –
Ne riez pas… lisez donc de l’avant.

Il fait jour et, pourtant, plutôt sombre,
Dites qu’on nous apporte aussi la lampe.
Voilà, la neige monte la palissade –
Le givre a recouvert même la rampe.

Aujourd’hui, je ne rentre plus chez moi…
Tourmente par derrière, comme par devant,
Regardez comme il neige, ce décembre –
Ne riez pas, lisez donc de l’avant.

Traduit du roumain par
Constantin FROSIN

Lingua: 

Comentarii

domnule Frosin, ati postat traducerea de trei ori... reveniti si anulati duplicatele. mai este si o greseala in titlu, va rog verificati.

domnule Frosin, noi, eu, apreciem dorinta dumneavoastra de a posta pe Hermeneia. Dar aici, totusi, lucrurile se fac sau ar trebui sa se faca intr-un anumit fel. Eu va rog frumos (deocamdata) sa identificati cum se posteaza corect texte pe Hermeneia, sa eliminati duplicatele si sa postati numai cite o lucrare odata . nu foloseste nimeni sa aglomerati paginile aici ca pe niste depozite in gara. deci, iata ce veti face: veti lua fiecare text pe rind (ex. P L O M B , L ACUSTRE, LA LEGENDE, etc) si le veti posta ca texte separate. ABSOLUT TOATE. Apoi veti anula aceste monstruoase postari in care textele sint claie peste gramada. Eu nu am sa o fac pentru dumneavoastra. Deocamdata, aceasta este o rugaminte. Nu cred ca e nevoie sa va spun ca dupa ea urmeaza avertismentul. Sint unii care ma acuza ca as promova un spirit de disciplina prea drastic pe Hermeneia. Opinia mea este ca am fost mult prea ingaduitor si sint destui cititori dezamagiti de gradul meu prea mare de toleranta.

L'informatique n'est pas un système infaillible, et c'est bien là la malice de l'affaire. En effet, j'ai voulu mettre hier matin un commentaire sur un texte, mais le site d'hermeneia ne fonctionnait pas correctement. Impossible d'envoyer. Je pense que ce triple envoi consécutif des traductions de Bacovia a dû se produire au même moment . Heureusement, l'humour - quand il est bien entendu- sauve de toute situation... "Rien n'y fait, mais ça ne fait rien..." J'ai bien compris moi aussi.

Sur les deux autres textes, il me semble que pour les annuler, vous devez faire "editeaza" en bas du texte, puis dans : Vreti ca textul acesta sa fie sters? (Tastati DA sau NU.) inscrire : DA * et dans le titre "Un plmb lacustre", le "o" s'est échappé... il vous faut donc maintenant le rattraper et le remettre en bonne place. :)